Bénéfices de l’accessibilité pour vos utilisateurs

Accueil > Articles > Accessibilité > Bénéfices de l’accessibilité pour vos utilisateurs
14 mai 2011Accessibilité

Article mis à jour le 28 octobre 2015.

Intégrer les standards d’accessibilité numérique profite à de nombreux utilisateurs. Les retours d’expérience révèlent que les bénéfices qui en découlent sont nombreux notamment une amélioration croissante de la qualité des projets Web. Pourquoi s’en priver !

A qui s’adresse l’accessibilité

Le premier objectif de l’accessibilité du Web est de permettre aux personnes en situation de handicap et aux séniors d’accéder à Internet.

Différents types de handicap sont pris en compte :

  • Visuel :  non voyants, malvoyants, daltoniens, DMLA, mauvaise vue.
  • Moteur : paralysie des membres supérieurs, maladie invalidante, dextérité réduite, suites d’une opération neurologique
  • Cognitif : dyslexie, problèmes de compréhension, de mémorisation.
  • Auditif : sourds, mal-entendants.

De nombreuses personnes ignorent que les non-voyants utilisent les ordinateurs et Internet. Pour cela, ils disposent de technologies d’assistance telles que les lecteurs d’écran, logiciels qui lisent le contenu de la page et le restituent vocalement grâce à une synthèse vocale. Les non-voyants écoutent les pages d’un site mais aussi le contenu d’un document bureautique au format Word, OpenOffice ou PDF.

Les personnes en situation de handicap moteur sont parfois incapables d’utiliser une souris. Tout comme les non-voyants, ils se déplacent dans une page Web uniquement avec leur clavier, seul outil pour naviguer de lien en lien et pour les activer mais aussi pour remplir un formulaire ou démarrer une vidéo.

Les personnes en situation de  handicap auditif ont besoin de sous-titres pour comprendre une vidéo et surtout d’interprétation en langue des signes.

Les personnes en situation de handicap cognitif tel que la dyslexie ou qui souffrent de troubles neurologiques suite à un accident, à une opération peuvent éprouver des difficultés à lire et comprendre le contenu d’une page. Ils seront plus à l’aise si la présentation des contenus est soignée et si l’interface est intuitive, facile à comprendre. Il est également ossible de proposer une version simplifiée du contenu de la page.

Les séniors sont de plus en plus nombreux et peuvent cumuler ces déficiences. Ils doivent pouvoir grossir la taille des caractères ou encore disposer d’un bon contraste au niveau des couleurs.

D’autres utilisateurs peuvent rencontrer des difficultés pour accéder au Web comme ceux qui naviguent sur Internet avec un téléphone mobile, ceux qui possèdent une connexion bas débit, ceux qui maîtrisent très peu Internet ou encore ceux qui utilisent un navigateur pour lequel le site n’a pas été conçu.

Il existe donc de nombreux profils utilisateurs du Web. Et comme l’indique Tim Berners-Lee, inventeur du Web et créateur du W3C, rendre le Web accessible c’est  :

« mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique ou leurs aptitudes physiques ou mentales. »

Actuellement, trop de sites Internet n’intègrent pas les normes d’accessibilité et ne répondent pas aux besoins de tous les utilisateurs.

Les bénéfices engendrés

Depuis 2005, la loi sur le handicap demande aux sites publics d’être accessibles et d’intégrer les recommandations internationales du W3C. Par ailleurs, des entreprises du secteur privé se dotent de mission sur le handicap pour prendre en compte la problématique de l’accessibilité numérique, à destination des utilisateurs de leurs sites Web mais aussi pour permettre l’intégration de personnel handicapé au sein de l’entreprise et rendre accessibles les outils en interne (documents bureautiques, Intranets, logiciels…).

Au-delà de l’aspect légal et suite aux retours d’expérience, les bénéfices apportés par la prise en compte de l’accessibilité sont nombreux :

  • Amélioration de l’utilisabilité du site
  • Augmentation de la satisfaction des utilisateurs
  • Diminution des demandes d’administrés rencontrant des problèmes dans l’utilisation du site
  • Amélioration de la qualité des contenus
  • Image citoyenne

Mais pour profiter pleinement de ces retombées, les règles d’accessibilité doivent être intégrées à toutes les étapes du processus de production Web.

Prendre en compte les normes d’accessibilité permet d’éviter le développement d’une version spécifique au handicap. Un seul site pour tout le monde. Concevoir une autre version risque de ne pas prévoir tous les handicaps et au fil du temps de ne plus être à jour. De plus, cette solution engendre des coûts de développement supplémentaires.

Intégrer les normes d’accessibilité dès le début du projet, c’est bénéficier des dernières avancées technologiques tout en s’assurant de les rendre accessibles au plus grand nombre.

Penser à l’accessibilité, c’est aussi rendre les documents bureautiques accessibles, se doter de règles de conception de document Word, ce qui améliore leur production et leur rendu.

On voit bien que l’accessibilité profite à tous, elle permet l’accès à Internet au plus grand nombre et améliore la qualité des services en ligne. Mais tant que l’accessibilité ne sera pas intégrée au processus de production Web en tant que pratique évidente au même titre que la prise en compte des standards, il est indispensable de continuer à communiquer sur ce sujet.

Quelques chiffres

Il est très difficile d’obtenir des chiffres récents sur le handicap en France. Les chiffres mentionnés ici sont à actualiser mais ils ont le méritent d’être associés à leur source.

En considérant ces chiffres, le nombre de personnes handicapées atteint les 8,5 millions de personnes en France.

Handicap visuel

D’après l’association Valentin Haüy, les données sur le handicap visuel sont les suivantes :

  • Nombre d’aveugles en France : 65 000.
  • Nombre de malvoyants (profonds et moyens) : 1 200 000.

Sur une population de 63,7 millions en 2008, environ 1,3 millions de personnes sont en situation de handicap visuel.

Seuls sont comptabilisées les personnes relevant d’une aide spécifique. C’est pourquoi les malvoyants légers ne sont pas pris en compte. Dans les pays développés, le pourcentage de non-voyants a tendance à diminuer grâce aux avancées médicales et sanitaires alors que celui des malvoyants augmente à cause du vieillissement de la population.

Handicap auditif

Selon le Secrétariat d’État aux personnes handicapées, en France, les données sur le handicap auditif en 2005 sont les suivantes :

  • Déficience auditive légère : 2 millions de personnes.
  • Déficience auditive moyenne : 1 250 000 de personnes.
  • Déficience auditive sévère : 350 000 de personnes.
  • Déficience auditive profonde : 110 000 de personnes.

3,7 millions de personnes sont en situation de handicap auditif.

Handicap moteur

Selon l’enquête réalisée par l’INSEE entre 1999 et 2001, 2,3 millions de personnes sont en situation de handicap moteur,

Handicap cognitif

Selon l’enquête plus récente de l’INSEE réalisée en 2008, 650 000 personnes sont en situation de handicap cognitif.

Ressources